Projet SEPIM

Bandeau jaunisse de la betterave sucrière

Surveillance, Évaluation, Prévision, Interpolation et Mitigation des risques relatifs à la jaunisse de la betterave

L’épidémiosurveillance à grande échelle est une composante essentielle du suivi sanitaire d’une culture et des actions de luttes mises en place en réaction à des signaux d’alerte. Elle s’avère également être une clef essentielle pour la prédiction de l’état sanitaire futur (et ce à différents horizons temporels), pour la détection de situations exceptionnelles ou anormales, pour la mise en œuvre raisonnée de mesures prophylactiques à l’échelle de l’environnement dans un cadre agro-écologique ou encore pour la production de connaissances. 
Ainsi, les objectifs du projet SEPIM sont :
- d'exploiter au mieux le potentiel d’information que génèrent les dispositifs de surveillance relatifs à la jaunisse de la betterave, notamment pour améliorer l’évaluation et la prévision des risques : vols de pucerons, niveau de pression jaunisse, pertes de rendement ;
- d'améliorer les dispositifs de surveillance en les fondant sur l’évaluation des risques et en les couplant à des données hétérogènes et massives relatives à l’environnement ;
- d'intégrer les évaluations et prévisions des risques dans la mise en œuvre des mesures et stratégies prophylactiques pour accroître leur efficacité.
 

FINANCEMENT


Le projet SEPIM est lauréat de l'appel à projets Lutte contre les viroses des grandes cultures de FranceAgriMer (projet N°3890396). Il est financé pour trois ans à compter du 1er juin 2021 dans le cadre du volet agricole du Plan de Relance et s'inscrit dans le Plan National de Recherche et Innovation (PNRI) « vers des solutions opérationnelles contre la jaunisse de la betterave sucrière ».

France relance
 
Logo FranceAgriMer
 

ENJEUX SOCIETAL ET SCIENTIFIQUE


La situation sanitaire actuelle des cultures de betteraves sucrières et les problématiques attenantes concernant les traitements chimiques et non chimiques ont été à l’origine de la définition et du financement du PNRI visant des solutions opérationnelles contre la jaunisse de la betterave sucrière, alternatives aux néonicotinoïdes. L’existence et l’ampleur de ce plan témoigne des intérêts environnementaux et socio-économiques majeurs en jeu. 
Concernant la dimension scientifique, l’enjeu du projet est d’associer, dans une optique opérationnelle et agro-écologique, des connaissances, des observations, des données hétérogènes et massives, des modélisations et des méthodes d’analyse statistique, avec pour objectif d’améliorer la surveillance, l’évaluation, la prévision, l’interpolation et la mitigation des risques relatifs à la jaunisse de la betterave.
​​​​​

PARTENAIRES


Logo INRAE
Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement
- BioSP | Avignon | En charge de WP1 | Participant à WP1, 2, 3, 4 et 5 | S. Soubeyrand, E. Gabriel, D. Martinetti, J. Papaïx, D. Chauvin
- PV | Avignon | Participant à WP4 | C. Morris
- ECODEV | Avignon | Participant à WP4 | G. Geniaux
- EMMAH | Avignon | En charge de WP3 | Participant à WP1 et 5 | A. Olioso, A. Chanzy, G. Pouget
- AGROCLIM | Avignon | Participant à WP3 et 5 | I. Cortazar, M. Launay, O. Maury
- MIA Paris | Participant à WP1, 2, 4 et 5 | D. Makowski
- IGEPP | Rennes | En charge de WP4 | Participant à WP1, 2, 3 et 5 | S. Poggi, Y. Tricault, M. Plantegenest
- Agronomie | Grignon | En charge de WP2 | Participant à WP1, 3, 4 et 5 | C. Barbu

Logo UPJVUniversité de Picardie Jules Verne (UPJV), CNRS | EDYSAN | Amiens | Participant à WP4 | R. Marrec

Logo ULUniversité de Lorraine (UL), INRAE | LAE | Vandoeuvre | Participant à WP4 | G. Caro

Logo ITBITB | Paris | En charge de WP5 | Participant à WP1, 2, 3 et 4 | C. Gouwie, F. Joudelat, C. Royer, F. Maupas

Logo Météo-FranceMétéo-France | Toulouse | Participant à WP3 | J.-M. Soubeyroux, C. Viel
 

PROGRAMME DE TRAVAIL


Schéma des WP de SEPIM
 

WP1. Animation et coordination du consortium
L’objectif du WP1 est de favoriser, tout au long du projet, les échanges entre les partenaires du consortium, la mutualisation des ressources, la complémentarité des outils développés et le croisement des approches.
 

WP2. Analyse tri-dimensionnelle des risques (jaunisse, pucerons et rendement)
Il s’agit dans ce work package d’analyser les processus et les facteurs de risques (relatifs à la jaunisse et aux pucerons, et pesant sur les rendements) à l’aide d’approches mécanistes, corrélatives et hybrides adaptées à la diversité des données à disposition.
 

WP3. Prévisions des risques, interpolations spatiales et indicateurs simplifiés
Sur la base de l’identification des processus et facteurs clés permise par le WP2, y compris les prévisions climatiques saisonnières, des prévisions (dans le temps) et des interpolations (dans l’espace) portant sur la densité de jaunisse, sur la présence et les vols de pucerons, ainsi que sur les pertes de rendement, seront proposées. De plus, des indicateurs simplifiés à visée opérationnelle seront développés avec pour objectif qu’ils soient utilisés dans le cadre d’un système d’aide à la décision et d’alerte (voir WP5).
 

WP4. Etude des leviers de surveillance et de contrôle fondés sur l’évaluation et la prévision des risques
Le projet SEPIM incorpore trois volets visant à calibrer ou identifier des mesures prophylactiques en fonction des évaluations et prévisions des risques menées dans WP2 et WP3. En outre, ces évaluations et prévisions pourront être utilisées dans le cadre d’échanges avec les autres projets financés dans le cadre du PNRI.
 

WP5. Déploiement d’applications pour la prévision et l’aide à la décision
Il s’agit ici d’itérer et enrichir la suite d’outils d’aide à la décision dont dispose l’ITB et la filière betterave sucrière tel que l’OAD Alerte Pucerons.
 

GOUVERNANCE


Le projet SEPIM est coordonné par Samuel Soubeyrand (BioSP) et est animé par un comité de pilotage composé de Corentin Barbu (Agronomie), David Makowski (MIA Paris), Fabienne Maupas (ITB), Albert Olioso (EMMAH), Sylvain Poggi (IGEPP), Yann Tricault (IGEPP) et du coordinateur du projet.
 

CONTACT


Samuel Soubeyrand (coordinateur du projet).